27 Médias réunis dans le but de vendre de meilleures publicités

27 médias réunis dans le but de vendre de meilleures publicités

Médias meilleure pub

 

Entre les rumeurs de fraude généralisée, les temps de chargement trop long et la méfiance des consommateurs, l'industrie du digital subit une sévère crise de confiance. Pour faire face à ce problème, le plus grand groupe de l'industrie de l'édition s'associe à quelques-uns des plus grands noms des médias pour créer un nouveau marché publicitaire sur l’idée de transparence.

 

L'échange, TrustX, est prévu pour un lancement en tant que B Corporation (une licence accordée aux entreprises qui suivent un ensemble de directives socialement conscientes) sous les auspices du groupe de commerce Digital Content. Puisque DCN est un organisme à but non lucratif enregistré, l'échange n'aura pas le même avantage incitatif que la plupart des autres initiatives de son genre.

Un total de 27  médias de toute l'industrie sont sollicitées pour diffuser les annonces publicitaires, y compris ESPN, Conde Nast, Hearst, le Washington Post, ABC et d'autres.

Bien qu'il soit assez courant pour les entreprises médias d’unir leurs forces pour vendre et placer des annonces de cette manière - certains ont plus de succès que d'autres – Selon Jason Kint le PDG de DCN, le statut d’organisme à but non lucratif et la liste des clients variés rendent le projet unique.

"Je suis certain que cela n'a pas été fait auparavant", a déclaré Kint dans un message privé Twitter. "Pensez-y comme une plateforme collaborative pour résoudre les problèmes de confiance pour les consommateurs et les annonceurs."

"Think of it as a collaborative platform to solve trust issues for consumers and advertisers." - Jason Kint

 

Le marché est destiné à répondre à bon nombre de questions endémiques à l'industrie.

La fraude des clics, dans laquelle les publicités sont diffusées sur les réseaux par des « bots », réduction de « robots », plutôt que de vraies personnes, a de plus en plus infecté la chaîne d'approvisionnement publicitaire numérique.

Par ailleurs, les annonces sont souvent mal adaptées aux restrictions d'une page web donnée - une étude menée par Google et montre que plus de la moitié de toutes les publicités n'atteignent jamais les globes oculaires humains - et ces inefficacités techniques gênent les clients.

Le nombre croissant de personnes qui utilisent les « ad blockers » afin de suspendre les publicités intempestives, témoigne du problème auquel fait face l’industrie.

 

Selon une étude Pagefair réalisée en partenariat avec Adobe et Viuz les Adblocks pourraient faire perdre près de 22 milliards de dollars aux sites web en 2015. Ce chiffre pourrait s’élever à 41,4 milliards de dollars en 2018.:

On compte également :

-        Une hausse de 41 % sur un an du nombre d’Internautes utilisant des AdBlocks. Soit 198 millions d’internautes.

-        41% des internautes entre 16 et 29 utilisent des AdBlockers.

-        887 Millions de dollars de publicité Google seraient bloqués par Adblock plus selon une estimation.

-        Selon des chiffres de 2014le nombre de sociétés whitelistées sur AdblockPlus s’élèverait à 148.

Source : http://www.iabfrance.com/content/les-chiffres-cles-autour-des-adblocks

 

Différents groupes ont essayé de remédier à ces problèmes en mettant en place des normes dans le but de régir ce qui constitue une « publicité acceptable », parmi eux, on compte le groupe de publicité industrielle Interactive Advertising Bureau et AdBlock Plus, en dépit de la frustration de toute l'industrie.

TrustX renforce encore plus son initiative en introduisant un système de régulation en temps réel de ce qui est acheté et vendu sur l'échange.

« De nombreux efforts sont déployés dans l'industrie pour lutter contre les problèmes de confiance importants dans la publicité numérique », annonce Jason Kint. « TrustX nous permet en même temps d'utiliser un véritable marché pour résoudre les problèmes des parties prenantes, des consommateurs et des annonceurs ».

En bref, la publicité négociée sur le marché TrustX sera certifiée pour répondre aux normes les plus élevées en matière de performance, de qualité, de sécurité et de confidentialité, un marché qui se révèle intéressant pour répondre aux besoins des annonceurs en France…

D'autres articles sur le même sujet

4 leçons sur les réseaux sociaux que les marques peuvent apprendre des médias

Le native advertising, une irrésistible ascension

Les marques deviennent-elles leur propre média ?

 

By | 2017-02-09T09:28:15+00:00 février 2nd, 2017|

About the Author:

Photo du profil de Bruno Langlade
Mes expériences en agence et chez l’annonceur m’ont amené au constat qu’il est difficile d’identifier un prestataire spécialisé pour un projet en communication tant il en existe en France. Le nombre d’agences en capacité de répondre est souvent trop important ; comment faire le bon choix, trouver celui qui sera le plus performant ? Feat’R est né de ce constat : il existe des milliers d’agences, comment trouver celle qui me correspond ?
Aller à la barre d’outils