L’influence des réseaux sociaux dans une campagne électorale

L’influence des réseaux sociaux dans une campagne électorale

e

En cette période de campagne électorale, les réseaux sociaux ne sont pas un média à négliger.

En France, les temps de parole des candidats lors des campagnes ont récemment été écourtés. Toutefois, ce changement ne semble pas les effrayer. Internet est une réelle réserve à militants et Twitter leur permet une parole beaucoup plus libre.

On en vient même à se demander si la télévision n’est pas en train d’être remplacée par les réseaux sociaux.

 

influence reseaux sociaux

 

 

Les réseaux sociaux s’imposent en politique

Les médias sociaux tiennent une place de plus en plus importante dans notre quotidien. Longtemps considérés comme des médias de divertissement, Facebook, Twitter, Instagram et les nombreux autres prennent une place considérable en politique. Des agences de social média proposent d'accompagner les politiques sur ce nouvelle enjeux.

Attention donc aux faux pas des politiques qui peuvent s’avérer fatals en période d’élection. On retiendra notamment les derniers jours de campagne de Donald Trump qui se sont déroulés sans son compte Twitter, confisqué, par ses conseillers, dans son intérêt, pour éviter toutes bavures de dernière minute. Prise très au sérieux par les journalistes, cette confiscation de compte a pour de nombreuses personnes, été perçue comme un coup de com’.

e
Plus que des réseaux sociaux, Facebook et Twitter sont devenus, avec le temps, des sources d’information à part entière. Selon Pew Research Center, 75% des américains s’informent aujourd’hui majoritairement sur les réseaux sociaux contre 40% en 2012.

 

Les limites des réseaux sociaux

Toutefois, s’informer sur ces réseaux a des limites. En effet, le contenu des articles publiés n’est pas toujours contrôlé, ni vérifié. Il est donc tout à fait courant d’accéder à des articles relayant des informations totalement fausses.

Présentés précédemment comme un avantage pour les politiques, les réseaux sociaux peuvent aussi avoir quelques inconvénients. En effet, sur ce support il n’y a pas de filtres, très peu de modération de contenu. Les politiques sont directement exposés aux différentes remarques des internautes et leur e-réputation peut être rudement mise à l’épreuve.

De plus, les réseaux sociaux ne reflètent pas toujours ce qu’il se passe réellement. Les tendances peuvent être totalement opposées : prenons l’exemple de François Hollande.

Il souffre d’une côte de popularité très basse mais possède pourtant de très nombreux followers sur Twitter comparé au reste des membres de la classe politique française : près de 1,8 million d’abonnés, contre 1,46 million pour Nicolas Sarkozy, 1,19 million d’abonnés pour Marine Le Pen, 896 000 abonnés pour Jean-Luc Mélenchon, 348 000 abonnés pour Emmanuel Macron, 339 761 abonnés pour François Fillon et 436 859 abonnés pour Alain Juppé.

 

politique-et-rs-002

 

L’utilisation des réseaux sociaux lors d’une campagne électorale : la France vs les Etats-Unis

En France, les réseaux sociaux sont encore timidement utilisés par les politiques mais c’est tout le contraire de l’autre côté de l’Atlantique.

Pour sa campagne de 2008, Obama comprend vite l’impact grandissant des réseaux sociaux. Il s’associe au cofondateur de Facebook, Chris Hughes, pour mettre en place une stratégie social media. Barack Obama possède également des comptes sur des réseaux dédiés à la communauté noire ou encore aux baby-boomers. Grâce à cela il touche toutes les strates de la population.

Obama obtient de très bons résultats : 500 millions de dollars collectés en ligne, 5 millions de supporters sur Facebook, 572 000 commentaires sont postés sur son mur Facebook.

La campagne de stratégie social media adoptée par les Obama lors du mandat de 2008 sera un booster pour les élections de 2012.

En effet, les politiciens américains manient à la perfection l’art du story telling sur les réseaux sociaux.

Barack Obama lui, est présent sur plus de sept grands réseaux sociaux ! Il y partage sa vie de tous les jours, en tant que président, mari et père de famille.

 

Les réseaux sociaux par les politiques en France

En France, les hommes et femmes politiques sont en général présents sur trois principaux médias sociaux : Facebook, Twitter et plus rarement Instagram.

Cette présence moindre sur les réseaux sociaux s’explique notamment car les budgets consacrés aux stratégies social media sont bien plus faibles en France. Les politiques français sont beaucoup moins pris au sérieux. De nombreux bad buzz se produisent, parfois liés à des affaires de faux followers. Ils peuvent être fatales à un candidat, on retiendra notamment le gros bad buzz lié à Jean-François Coppé qui éclate peu de temps avant les primaires des républicains.

Le candidat a soutenu que le prix d’un pain au chocolat s’élevait à 0,15€ provoquant une vague de moqueries sur les réseaux et décrédibilisant totalement le candidat.

Très en retard face au modèle américain, les français n’arrivent pas encore à considérer les réseaux sociaux comme un élément à part entière dans une campagne électorale.

Pendant que nous, français, restons sceptiques face aux médias sociaux,  l’utilisation des réseaux sociaux dans les campagnes présidentielles américaines ne cesse de croître.

Trump et Clinton leurs utilisations des réseaux sociaux

Les récentes élections présidentielles américaines ont révélé que Donald Trump était lui aussi un grand adepte des réseaux sociaux. Durement critiqué par de nombreux médias (télévision et presse) il se rabat sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter, pour développer sa stratégie de communication. L’intérêt : une réaction immédiate des internautes, un lien direct avec l’électeur et un message politique court et simplifié. Il s’agit d’un nouveau type de campagne : une campagne presque à 100% digitalisée.

Trump utilise l’aspect viral des réseaux sociaux pour faire parler de lui, créer la polémique et générer des clics.

Selon de nombreux médias américains, les instituts de sondages et autres journalistes ayant émis des pronostics n’auraient pas correctement pris en compte les points de vue des internautes (qui ne sont plus à négliger) en prévoyant la victoire de Hilary Clinton.

e

election et reseaux sociaux etats unis

e

L’utilisation du tweet est dorénavant indispensable.

En quelques années, le tweet est devenu un réel outil de persuasion. Les médias aiment les tweets car ce sont des messages courts et faciles à diffuser sur la toile, notamment les plus scandaleux.

Lors de campagne américaine, Hillary Clinton a fait beaucoup parler d’elle, notamment à travers un tweet qui a eu beaucoup de succès. Le 9 juin, elle s’adresse directement à son adversaire Donald Trump en lui disant « Supprime ton compte ». Ce tweet est une réponse à Trump qui critiquait le ralliement de Obama à la campagne de Hillary Clinton.

Véritable succès pour le message de la candidate qui totalise 438 000 likes et plus de 365 000 retweet : record de retweet pour Hillary Clinton.

2017 les politiques en campagnes sur les RS ?

On remarque donc que les réseaux sociaux ont une influence forte dans les campagnes électorales américaines, plus que dans les campagnes françaises. On peut alors ce demander si lors de la campagne présidentielle de 2017, les réseaux sociaux vont être autant intégrés que dans la campagne américaine de 2016.

D’autres articles sur l'utilisation des réseaux sociaux

Comment les marques utilisent-elles les « lives » ?

4 Techniques sur les réseaux sociaux que les marques peuvent apprendre des médias

WeChat Feat. Dior

Article sur Snapchat

Infographie Snapchat Utilisateurs

Les meilleurs pub snapchat

Snapchat Feat les médias francais

Snapchat, pourquoi et comment faire de la pub ? | Feat’R

Article sur Pinterest

Pinterest poursuit sa course dans le e-commerce !

Pinterest feat. La Redoute Intérieurs

Article sur Facebook

Facebook feat. Oculus

 Article sur Instagram

Infographie Pourquoi les marques utilisent instagram

Instagram fait son entrée dans le e-commerce

Comment trouver une agence de social média ?

 > Présentez votre projet 

 

By | 2017-03-14T09:53:01+00:00 décembre 1st, 2016|

About the Author:

Photo du profil de Bruno Langlade
Mes expériences en agence et chez l’annonceur m’ont amené au constat qu’il est difficile d’identifier un prestataire spécialisé pour un projet en communication tant il en existe en France. Le nombre d’agences en capacité de répondre est souvent trop important ; comment faire le bon choix, trouver celui qui sera le plus performant ? Feat’R est né de ce constat : il existe des milliers d’agences, comment trouver celle qui me correspond ?
Aller à la barre d’outils