interview communication marketing

Interview de Charline Balfourier directrice marketing Chez Pickles

Charline, présentez votre parcours.

Après avoir été diplômée de l’EDHEC Business School en 2014 avec une spécialisation en Marketing Management, j’ai intégré la startup Padam en tant que Directrice Marketing. Padam développe un système de transport connecté et intelligent qui permet d’optimiser une flotte de véhicule sur un territoire donné. Après deux ans passés dans la startup, une levée de fonds et deux pivots, j’avais envie de nouvelles perspectives et j’ai rejoint l’aventure Pickles, toujours en tant que Directrice Marketing, en janvier 2017.

charline directrice marketing pickles

Charline Balfourier

Qu’est-ce qui vous a séduit particulièrement dans le concept de Pickles ?

J’ai tout de suite adhéré au concept de Pickles parce qu’il réunit mes deux grandes passions : le digital et la gastronomie ! Je suis une vraie startup addict, avec près de trois ans d’expérience en marketing web et mobile, et j’étais très attirée depuis quelques temps par l’environnement foodtech, qui présente de nombreux défis.
Nouvel acteur sur ce marché très concurrentiel, Pickles est né d’une idée simple : comment faire pour manger des plats sains et équilibrés lorsque l’on a peu de temps devant soi, notamment pendant sa pause déjeuner ? De la collaboration entre Véronique Bergeot, Sylvain Eche et Eric Fontanini est né Pickles, qui répond habillement à cette problématique en alliant logistique, technologie et gastronomie.

visuel bannière Pickles

B

Comment définiriez-vous votre approche digitale ?

Notre approche globale du service et notre expérience utilisateur sont déjà à 100% pensées pour le digital : les commandes de nos plats peuvent se faire uniquement via notre application mobile, les tournées de nos livreurs sont dessinées par des algorithmes développés en interne et toutes les indications nécessaires pour réaliser la livraison leur sont envoyées directement dans leur application. Notre objectif est vraiment de disrupter le marché de la livraison de repas, en offrant une expérience de commande fluide et optimisée, et en minimisant le temps nécessaire à nos clients pour être livré.

application mobile Pickles
application mobile Pickles visuel
application mobile Pickles design
application mobile Pickles expérience utilisateur
application mobile Pickles suivi commande

B

Comment gérez-vous la couverture presse de Pickles ?

Nous sommes accompagnés sur les relations presse par une agence spécialisée dans la communication des métiers de l’alimentaires, et notamment sur les problématiques RP.
Pour une start-up, la couverture presse est essentielle car elle nous permet de communiquer sur notre concept, notre vision et nos valeurs. Les médias traditionnels jouent également un fort rôle d’évangélisation et permettent de faire découvrir et d’expliquer au public de nouveaux concepts disruptifs.

Au niveau de la prise de parole, nous nous répartissons les interventions entre les différents directeurs en fonction des sujets abordés et de l’angle adopté : Véronique Bergeot pour les aspects finance et business, Sylvain Eche pour les aspects techniques et logistiques, Eric Fontanini pour la cuisine et moi pour les questions marketing et communication.


Quels leviers utilisez-vous pour développer la notoriété de Pickles ?

Nous avons plusieurs leviers à notre disposition pour travailler sur notre notoriété, mais la qualité de nos plats et le bouche à oreille restent le moyen le plus efficace pour nous faire connaître par de nouveaux clients ! Nous sommes également apparus dans des reportages et des émissions télévisées, qui sont de très bons vecteurs de notoriété et de crédibilité pour une startup. Nous allons aussi être présents sur quelques opérations événementielles.
Enfin, nous souhaitons mettre en place dans les semaines à venir des partenariats avec d’autres startups alimentaires ou des producteurs locaux, dont les produits apparaîtront dans nos menus. Nous souhaitons vraiment valoriser l’ensemble de notre chaîne et les produits avec lesquels nous travaillons.


Les réseaux sociaux sont de plus en plus importants dans la communication actuelle. Selon vous, sont-ils indissociables d’une stratégie d’acquisition de client ? Et quels réseaux favorisez-vous en priorité ?

Les réseaux sociaux sont selon moi absolument indispensables dans la stratégie d’acquisition client, en particulier pour une startup qui vend ses produits via une application mobile uniquement. Facebook est par exemple pour nous l’un des principaux canaux d’acquisition et de téléchargement payant de notre application. Il a l’avantage de pouvoir cibler de nombreux clients qualifiés tout en nous permettant d’optimiser nos coûts. Par ailleurs, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Instagram nous permettent également de mettre en place une stratégie de fidélisation, en partageant du contenu qui contribue au story-telling autour de la marque Pickles.

Le rôle des influenceurs dans le marketing et la vente est de plus en plus important, utilisez-vous le marketing d’influence dans le cadre de Pickles ?

Nous commençons tout juste à nouer des partenariats avec des influenceurs, notamment des bloggeurs ou des instagramers food et lifestyle. Ces influenceurs peuvent ensuite parler de notre service à leur communauté et jouer le rôle de prédicateurs. Le marketing d’influence est de plus en plus utilisé, que ce soit par des grandes marques ou des startups comme la nôtre. Mais il ne doit pas être réalisé dans n’importe quelles conditions afin de rester bénéfique pour la marque et les influenceurs. Cela doit être fait avec subtilité et non opportunisme : il faut choisir avec soin les influenceurs qui parlent de votre marque et toujours garder une cohérence entre leur univers et le message transmis à leur communauté à propos de votre marque.

B

Pour finir, auriez-vous des conseils à donner aux futurs communicants ?

Les moyens de communication ont connu une très rapide évolution pendant ces dernières décennies, et l’avènement du digital a complètement redéfini la façon dont les marques communiquent. Pour être un bon communicant, il faut être tout le temps être en phase avec son monde et son époque, se tenir informé constamment des nouveautés et des opportunités qui apparaissent.

Lorsqu’on entreprend une action marketing ou de communication, il faut également toujours penser à l’intérêt de la marque : que dis-je sur elle en faisant ce choix ? Quelle perception vont avoir les potentiels clients de ma marque après cela ? Est-ce cohérent avec les messages diffusés jusqu’à maintenant ? Et toujours se rappeler qu’une action mal maîtrisée peut-être plus néfaste qu’une absence de communication !

B

Pour suivre Pickles sur les Réseaux sociaux